_______________________________________________________________________

 

Marketing digital • Stratégie • Fusions & acquisitions • Amélioration de la performance

_______________________________________________________________________

 

 

 

La transformation digitale fait face à deux défis : d’une part, elle dépend de compétences éparses et généralement externes à l’entreprise : design thinking, BYOD, RGPD, RPA, blockchain, SEO, A/B testing, UX, API, cloud, chatbots, intelligence artificielle, big data, …, portées par des agences digitales, fintechs, intégrateurs de CRM, agences de communication, éditeurs ou experts sur un segment de la chaîne de valeur (hébergement de données, signature électronique, gestion électronique de documents, moyens de paiement, …), ce qui tend à disperser sa capacité d’action.

 

D'autre part, elle doit compter sur la résistance interne des acteurs physiques : direction de la relation client, direction commerciale, opérations, …, voire même d’entités établies sur un positionnement digital précurseur (exemple : les marques Nickel, Eko, Hellobank, B&you, Sosh, Soon (née en 2014, mais qui a finalement perdu la bataille contre AXA Banque en juillet 2017), …), ce qui tend à réduire son efficacité.

 

Face à cette problématique, le conseil hérite de structures développées dans un monde pré-numérique : certains s’en tiennent à leur rôle d’assistance à maîtrise d’ouvrage ; d’autres considèrent la conduite du changement comme un chantier d’intégration parmi d’autres ; les plus prestigieux manquent d’appuis chez les relais externes du marketing digital.

 

Devant ce vide, deux autres types d’intervention se développent : l’assistance technique, portée par des ESN, peut-être la pire des solutions du point de vue d’une transformation réussie, quoique la plus simple à mettre en œuvre ; et la montée en puissance d’agences digitales qui comprennent la tension inhérente à la marque, peut-être la meilleure des solutions du point de vue d’une transformation réussie, quoique la plus difficile à mettre en œuvre.

 

L’importance de la transformation se mesure à ses effets : acquisition par Orange de Groupama Banque, acquisition par Publicis de Sapient, alliance de Monoprix et d’Amazon… Il s’agit d’un changement de paradigme qui s’accompagne d’un défi pour l’organisation.

__________________________________________________________________________


                                      

 

                                 

 

                          

 

 

                      

                            

__________________________________________________________________________

 

Diplômé de l’ESSEC, franco-britannique, ancien de Booz Allen & Hamilton, Pierre Bernardi a plus de 25 ans d’expérience professionnelle dans le marketing stratégique, le business development, la transformation digitale, les fusions & acquisitions, le contrôle des coûts et la mise en place de systèmes de gestion.

 

En 2015, il a dirigé le programme de transformation digitale d’AXA, « Simplifier la banque » :

-         modernisation des parcours de souscription sur le web et sur mobile

-         transfert des fonctionnalités digitales de la marque Soon (géo-localisation, catégorisation des dépenses, chat)

-         dématérialisation de formulaires, permettant d’étendre la politique de fidélisation aux clients directs

-         enrichissement des pages d'accueil, tracking et mise en place de relance systématique

-         gestion de l’omnicanal (signature électronique sans relance, bulletin de souscription pré-rempli sur le web, …)

 

En 2018, Pierre a rejoint Polynom, une société de conseil fondée par d’anciens élèves de l’Ecole Polytechnique.

 

+33 (0)6 50 90 07 70

pierre.bernardi@polynom.io